Initiation à la photographie

Ce module est destiné à des débutants ou des personnes qui ont un usage de la photo occasionnel ou régulier mais qui
voudraient apprendre les bases pour mieux appréhender et développer les possibilités techniques de leur appareil
photographique en vue de dépasser la simple utilisation du « Tout automatique ».
Les participants devront venir avec leur appareil photo numérique (compact, bridge, reflex). L’appareil doit pouvoir être
utilisé au moins en partie manuellement (mais aujourd’hui même la plupart des compacts sont dans ce cas).

Introduction

  1. Petit historique. Défintion : Photographier – « Ecrire avec la lumière »
  2. Les appareils :
    • Argentique (processus chimique) /numérique (processus électronique).
    • Les différentes tailles de capteur numérique. La référence : le 24 x 36. Mais aujourd’hui la
      plupart des capteurs numériques sont plus petits. Quelles conséquences ?
    • L’intérêt du nombre de pixels ? Rapport taille de capteur et nombre de pixels. Quelle
      incidence sur la qualité de l’image ?
  3. Les objectifs :
    • Courte focale (grand angle) ; moyenne focale (angle moyen) ; longue focale (angle réduit) ;
      zoom.
  4. Etudes des appareils et objectifs de chacun des participants.

II – Pratique de la photographie

  1. L’exposition.
    • Faire entrer la bonne quantité de lumière dans l’appareil. Sur-exposition /Sous-exposition.
    • Les trois facteurs à connaître pour assurer une bonne exposition : vitesse, ouverture et
      sensibilité.
  2. Repérage de ces trois paramètres sur les appareils photo des participants.
  3. Exercices pratiques en automatique, en manuel ou semi-manuel avec les appareils des
    participants.

III – Vitesse de l’obturateur de l’appareil photo

  1. Les différentes valeurs de vitesse de déclenchement (rideau) : 1/30 e – 1/60 e – 1/125 e , etc.
  2. Incidence de la vitesse : fixer le mouvement ou générer du flou.
  3. Études pratiques.

IV – Ouverture du diaphragme de l’objectif

  1. Les valeurs d’ouverture du diaphragme ƒ/1,4,ƒ/2, ƒ/2,8, ƒ/4, ƒ/5,6, ƒ/8, ƒ/11, ƒ/16
  2. Incidence du choix de l’ouverture : la profondeur de champ.
  3. Études pratiques.

VI – Sensibilité du capteur

  1. Sensibilité en iso : 100 / 200 / 400 jusqu’à 1000 / 2000 / 3000 iso .
  2. Augmentation de la sensibilité du capteur en cas de faible luminosité.
    • Avantages et inconvénients : éviter l’utilisation du flash mais risque de « bruit ».
  3. Baisse de la sensibilité en cas de forte luminosité .
    • Avantages et inconvénients : meilleure option car meilleure qualité de l’image. Mais limite
      parfois certaines possibilités. Par exemple, oblige parfois à fermer le diaphragme de
      l’objectif (augmente la profondeur de champ) et réduit la possibilité de création volontaire
      d’un effet de flou (paysage).
  4. Exercices pratiques.

VI – La mise au point

  1. Les méthodes de mise au point.
    • autofocus
    • sélective
  2. La zone de mise au point : vers quoi veux t-on attirer le regard ?
  3. La zone de netteté. 1/3 en avant du plan de mise au point et 2/3 en arrière.
  4. Exercices pratiques

VII – La Profondeur de champ

La profondeur de champ dépend de quatres facteurs :

  1. Ouverture
  2. Focale
  3. Distance de mise au point
  4. Taille du capteur

VIII – La bonne exposition : rapport vitesse / diaphragme

  1. Une bonne exposition repose sur une juste proportion entre la vitesse de l’obturateur et l’ouverture
    du diaphragme de l’objectif.
  2. Exercices pratiques. Exposition identique avec des paramètres différents. Voir les différences en
    terme de flou et de profondeur de champ : gérer le flou et le net (premier, deuxième ou troisème
    plan) Quels choix en fonction de la situation, de l’intention du photographe, des possibilités de
    l’appareil photo et de l’objectif ? Paysages, portrait, sport, foule, animaux, détails, etc.

IX – Conclusion.

Réponses aux questions des participants.

 

Partager cette page :