Y a-t-il un après Macron ? avec Philippe Frémeaux, économiste

Publié le 26 mars 2018 par UPA

Détails de l'événement

  • Début : 28 Mar 2018 à 19:30
  • Fin : 28 Mar 2018 à 21:30
  • Lieu : Université Populaire des Ardennes
  • Adresse : 3 rue du gymnase - 08000 Charleville-Mézières

L’élection à la présidence de la République d’Emmanuel Macron tient à un incroyable concours de circonstances. Mais pas seulement. Son succès couronne l’évolution politique des trente dernières années en réalisant le mariage de la droite modérée et de la gauche réaliste. Il est ainsi parvenu à incarner à la fois la promesse d’un changement radical, alliée à une continuité rassurante.

De fait, la politique économique qu’il mène ne marque pas de rupture brutale avec celle conduite lors du quinquennat précédent, sinon en matière fiscale. Quant aux réformes engagées, elles ne font qu’appliquer l’agenda modernisateur défendu par la haute administration des Finances, dont l’influence ne date pas d’hier, même si elle est désormais directement au commande.

Peut-il tenir sa promesse d’une modernisation inclusive, qui profiterait à tous compte tenu des alliances qu’il a noué ? Ne risque- t-on pas, au final, de voir s’accroître encore les divisions de la société française durant ce quinquennat ? Avec pour conséquence de renforcer encore le poids de l’extrême droite ou d’une droite radicalisée prête à s’allier avec elle ? Dans ce contexte, peut-on imaginer une autre politique économique et sociale qui puisse mieux répondre aux défis économiques, sociaux, écologiques et démocratiques auxquels notre pays est confronté ? Philippe Frémeaux tente de répondre à ces questions, partant du constat qu’il faut, tout d’abord, faire le bilan des politiques conduites depuis 1981 par la gauche. Penser l’après Macron suppose de commencer par analyser de quoi il est l’aboutissement.

Philippe Frémeaux est éditorialiste au magazine Alternatives Economiques dont il a longtemps dirigé la rédaction. Il est également président de l’Institut Veblen pour les réformes économiques.

Partager cet article :