Terreur identitaire et terrorisme avec M. Angioli, psychologue

M. Angioli

Publié le 13 mai 2019 par UPA

Détails de l'événement

  • Début : 23 Mai 2019 à 19:30
  • Fin : 23 Mai 2019 à 21:30
  • Lieu : Université Populaire des Ardennes
  • Adresse : 3 rue du gymnase - 08000 Charleville-Mézières

Terreur identitaire et terrorisme

Pour tenter de savoir ce qui a pu se passer chez le sujet auteur d’un acte terroriste, Michel Angioli propose d’aller à sa source. Cette recherche est nécessaire pour mieux lutter contre le terrorisme. Pour cela, notre invité pose l’hypothèse d’un lien entre le sentiment de terreur identitaire et les passages à l’acte terroriste. Cette hypothèse est illustrée par la biographie de Hitler, celle d’un terroriste actuel et un cas clinique personnel.
L’affaire Mohamed Merah a réactivé chez l’auteur d’anciens traumatismes familiaux en lien avec le nazisme, et a conduit celui-ci à poursuivre sa réflexion sur le terrorisme.
Les figures du terrorisme ne sont pas univoques mais sont rattachées à différents traumatismes familiaux et sociaux s’interpénétrant, dont l’impact serait celui d’une terreur sans nom provoquant pour la survie du sujet une avidité d’idéaux grandioses à la hauteur de sa dissolution identitaire. Idéaux portés par un projet humaniste, collectif, rédempteur et purificateur, sous-tendu par des visées de vengeance réparatrice conduisant à l’acte terroriste à l’endroit des victimes rendues coupables de son anéantissement existentiel d’où la nécessité de les éradiquer.
Cette réflexion doit pouvoir selon lui permettre d’apporter des outils pour traiter des personnes dites radicalisées mais aussi apporter une aide pour la prise en charge des victimes

Michel Angioli, psychothérapeute, docteur en psychologie et psychopathologie clinique, auteur de la thèse « Le tatouage à l’adolescence »/ Angioli Michel ; sous la direction de Philippe Gutton, 1994 et récemment de l’article « agonie primitive, sentiment de terreur identitaire et terrorisme » dans la revue « Journal de la psychanalyse de l’enfant » éditée aux Presses universitaires de France.

Partager cet article :