Frantz Fanon : Négritude et décolonisation avec Matthieu Renault

Publié le 26 avril 2016 par UPA

Détails de l'événement

  • Début : 12 Mai 2016 à 19:30
  • Fin : 23 Mai 2016 à 21:30
  • Lieu : Université Populaire des Ardennes
  • Adresse : 3 rue du gymnase - 08000 Charleville-Mézières

A l’occasion des commémorations de l’abolition de l’esclavage, l’Université populaire vous invite à une conférence – débat inédite sur Frantz Fanon.

Cette initiative est soutenue par la communauté d’agglomération Ardenne Métropole. Avec l’aide également de la ville de Charleville-Mézières.

Au cours de sa courte et trépidante existence, le psychiatre et théoricien du racisme et des décolonisations Frantz Fanon, né en Martinique en 1925 et mort en Algérie en 1961, aura entretenu des relations à la fois de filiation et de conflictualité avec le mouvement de la négritude initié au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor et Léon-Gontran Damas. Faisant l’éloge de la négritude en tant que réhabilitation de la « conscience noire », Fanon lui reproche néanmoins d’essentialiser la culture et l’histoire africaines. Stratégie nécessaire, mais non suffisante, de « contre-assimilation », elle constitue tout au plus à ses yeux l’antichambre des luttes pour l’indépendance. Un auteur échappe pourtant à cette critique, Césaire, qui restera toujours pour Fanon « l’enfant terrible » de la négritude, celui qui, de l’intérieur et en se revendiquant de son nom, ne cesse de la subvertir. C’est sur cette voie de la subversion que s’engage lui-même Fanon en reconduisant les affirmations culturalistes, et parfois racialistes, de la négritude à leurs véritables causes historiques et politiques, comme effet de la domination coloniale et d’elle seule.

Matthieu Renault est Maître de conférences en philosophie à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis et membre du Laboratoire de recherche sur les logiques contemporaines de la philosophie (LLCP). ll est l’auteur de : Frantz Fanon. De l’anticolonialisme à la critique postcoloniale (Éditions Amsterdam, 2011), L’Amérique de John Locke. L’expansion coloniale de la philosophie européenne (Éditions Amsterdam, 2014) et C.L.R. James. La vie révolution d’un « Platon noir » (La Découverte, 2016). Il a également rédigé des postfaces à Solomon Northup, Douze ans d’esclavage (Entremonde, 2013) et C.L.R. James, Marins, renégats & autres parias. L’histoire d’Herman Melville et le monde dans lequel nous vivons (Ypsilon, 2016).

Partager cet article :