68, fardeau ou héritage avec R. Hess et M. Cuchet

Publié le 20 janvier 2018 par UPA

Détails de l'événement

  • Début : 30 Jan 2018 à 19:30
  • Fin : 30 Jan 2018 à 22:30
  • Lieu : Université Populaire des Ardennes
  • Adresse : 3 rue du gymnase - 08000 Charleville-Mézières

MAI 68, héritage à fructifier ou fardeau à solder ?
Mardi 30 janvier 2018 à 19 h 30
3 rue du Gymnase à Charleville-Mézières
avec Rémi Hess, ancien professeur de Sciences de l’Education à Paris 8
et Michel Cuchet, ancien professeur d’Histoire – documentaliste.

L’Université populaire des Ardennes inaugure avec cette rencontre une recherche – action sur 50 ans après 68 : souvenirs de ceux qui ont vécu ce moment et opinions de ceux qui ne l’ont pas vécu car trop jeunes ou pas nés pour en déterminer un sens aujourd’hui. Des rendez-vous en atelier seront programmés tout au long de l’année 2018.

Cette première rencontre débutera avec deux interventions de deux protagonistes de l’époque qui témoigneront et feront part de leur analyse avant de laisser la place au débat avec les participants.

 

Rémi Hess

Etudiant au département de sociologie de l’université de Nanterre, Remi Hess participe au Mouvement du 22 mars et à la nuit des barricades le 10 mai 1968. Repoussé avec les autres manifestants vers la Gare de l’Est, il prend le train pour Reims où il arrive à l’université le matin du 11 mai. Il prend la parole à la fac de sciences qui se met en grève à la suite de son intervention. Il vit Mai 68 à Reims, entre en usine en juin… où il croit développer le mouvement… Entre 1972-77, il enseigne à Charleville au lycée Sévigné, pratiquant une pédagogie s’inspirant de l’idéal autogestionnaire auquel il avait adhéré sur les barricades !

Remi Hess, ancien professeur de l’Université de Paris 8, a publié 80 livres et est traduit dans 12 langues. Sa thèse de sociologie Les maoïstes français 1963-1973 est parue chez Anthropos en 1974. Biographe de G. Lapassade et H. Lefebvre, les deux grands producteurs de Mai 1968.

Michel Cuchet

Michel Cuchet, alors élève à l’Ecole normale d’instituteur de Charleville en janvier 1968, diffuse le journal cubain  » Granma  » sur la situation internationale. Depuis déjà un an, il milite au JCR qui localement ont pris l’initiative de créer un journal  » La cloche  » qui est distribué dans les lycées. C’est seulement à la fin de l’année scolaire, qu’une action locale à l’Ecole Normale, consistant à la distribution d’un tract contre la coupe de cheveux réglementaire, lui vaudra d’être envoyé à l’EN de Chalons sur Marne. Michel Cuchet souhaite apporter un éclairage à partir de ce qu’il a vécu pour contribuer à la réflexion sur ce que représente 1968 aujourd’hui.

Michel Cuchet est ancien professeur d’Histoire, documentaliste.

Partager cet article :