A quoi servent monnaie locale et système d’échanges locaux ? Avec Chantal Lallemand-Rousseau, Safi Kada, Sylvain Maouche, Marlène Ségura, Stéphanie Rousseau

Publié le 25 avril 2017 par UPA

Le Sel’Ardenne et le Marcassol sont deux systèmes mis en place dans les Ardennes, qui cherchent à promouvoir l’économie sociale et solidaire.

Jeudi 20 Avril 2017, Les bénévoles de l’association Sel’Ardennes ainsi que Sylvain Maouche sont venus présenter leur projet devant plus de quarante participants.

Le Sel’Ardenne :

Les systèmes d’échanges locaux sont nés à Vancouver au canada en 1983, ils sont apparus en France en 1994. Sel’Ardenne est une association composée de soixante quinze membres, appelés « Selistes », qui propose ce système. Elle rassemble des personnes qui échangent des services sans utiliser d’argent, hormis le « Soleil » qui est une unité de mesure sans valeur monétaire qui permet de faire les échanges, ils ne cherchent absolument pas à faire concurrence aux artisans, les services rendus sont de faible technicité et doivent êtres ponctuels (Par exemple tondre une pelouse ou nourrir le chat) . l’association ne reçoit pas de subventions, la gratuité est de mise. les adhérents de l’association ont la possibilité de se retrouver une fois par mois au sein de la mairie de Villers-Semeuse afin de partager des journées conviviales. Le partage, moteur de l’action de cette association qui cherche avant tout à créer du lien social. A l’heure actuelle l’association a déjà mis en place plusieurs événements : Le forum « Consommer autrement », Une bourse locale d’échange de graines et de plantes. Créer du lien social et renouer avec le partage sont peut-être des idées utopiques mais pas illusoires, preuve en est, c’est qu’il existe même un réseau national de Selistes.

 

 Le Marcassol :

Le Marcassol est une association composée de 110 adhérents née fin 2015 sous l’impulsion de sylvain Maouche, son président. Elle cherche à mettre en avant une monnaie locale qui devrait commencer à circuler d’ici septembre : Le Marcassol. Cette monnaie a été conçue dans le but de soutenir l’économie locale. Elle ne remplace pas la monnaie courante, c’est avant tout une alternative. Elle est complémentaire puisque en effet, un euro équivaut à un marcassol. Le principe d’utilisation est très simple : Les personnes qui l’utilisent la réinvestissent dans le commerce local et donc, il n’y a pas de perte, ni de dévaluation ou encore de fraude, même si un système de sécurité est prévu. Cette monnaie permettrait de créer jusqu’à six fois plus de richesse au sein d’un territoire. Pour l’instant l’association doit développer un réseau de prestataires, elle en compte déjà une trentaine, plus d’une centaine sont prévus à terme. L’équipe souhaite également fidéliser les consommateurs autour de cette monnaie, intégrer les «quartiers» et développer des épiceries participatives. Actuellement les membres sont tous bénévoles mais l’association souhaiter embaucher un salarié permanent car elle estime que les choses ne peuvent se pérenniser uniquement avec des bénévoles, même si il manque entre 6000 et 8000€ pour l’embaucher. À terme, Il sera même possible de recevoir son salaire avec une petite partie en Marcassols.

Sylvain Maouche et Alain Bidelogne

Sylvain Maouche et Alain Bidelogne

La conférence audio :

La vidéo de la conférence :

https://www.youtube.com/playlist?list=PLaSFMnN1YLWBcws7OttqsVQECa_7xTwga

Pour aller plus loin :

Site du Sel’Ardenne : http://selardenne08.wixsite.com/selardenne

Reportage sur le Marcassol France 3 : https://www.youtube.com/watch?v=tGSgph3vjgA

 

 

 

 

 

Partager cet article :